Michel, Lyane Mourlot, Allibert

Contacts




Le tranchant du verre.

Dans leur atelier de Marseille, Michel Mourlot et Lyane Allibert pratiquent ce qu’ils nomment « un travail de matiériste au seuil de l’impossibilité, de la cassure totale ».

 

Entendre qu’ils travaillent sur le verre. Un verre optique, en gros bloc aux lueurs de miel, qu’ils traitent avec « sauvagerie ». Qu’ils l’attaquent au marteau ou le fassent éclater, ils le sculptent dans la violence. Ils soulignent ainsi que le verre, matériau domestique, conserve son double tranchant. Il est aussi pointe de flèche, lame acérée, masse.

 

Pour souligner leur propos, ils l’enduisent de bitume, ou l’associent au béton. En désacralisant le verre, ils lui restituent une brutalité primitive et ravivent sa connotation agressive.

 

Corinne Ibram – 1991.