Dominique Romeyer

Contacts



www.dominiqueromeyer.be

                   ( … )
Bien dans la tradition d'un modernisme qui a façonné l'univers visuel de tout le vingtième siècle, la peinture de Dominique Romeyer ne s'élabore pas seulement à partir de données strictes de la peinture et du tableau.
Dominique Romeyer a le souci de penser son travail de peinture au travers de l'architecture comme vécu, comme expérience de l'espace, et plus abstraitement, elle conçoit la peinture, le tableau ou tout autre support de la peinture, comme une indexation de l'expérience, que le regardeur fait, de la troisième dimension.
Ainsi, la situation de l'objet dans l'espace, les modifications que lui font subir la diversité des points de vue, l'accrochage, c'est à dire les relations formelles et signifiantes qui s'établissent entre les différents objets, sont parties intégrantes de l'oeuvre.
Si on ne fait pas l'expérience de l'oeuvre, et si l'on s'en tient aux déclarations d'intention, ces préoccupations peuvent paraître convenues, justement, parce qu'elles sont devenues depuis longtemps pratiques inhérentes au travail de la plupart des artistes. D'ailleurs, cette façon de concevoir la réalisation de l'oeuvre fédère les artistes, indépendamment d'esthétiques qui peuvent s'exclure mutuellement.
Dominique Romeyer n'applique ni une recette aveuglément, ni n'adopte une posture, celle que les "installateurs" ont trop souvent adoptée, de façon conformiste.
Dominique Romeyer se particularise en évoluant dans un univers formel, une esthétique concrète, qui ont nourri tout un versant de la philosophie de l'art de notre temps.
Dominique Romeyer se distingue surtout parce qu'elle réexamine les valeurs sous-jacentes que supposent l'utilisation de la géométrie, et une immanence de l'oeuvre, qui s'oppose à un subjectivisme enflé.
Le vingtième siècle appartient au présent passé, ce présent passé a été travaillé par un humanisme. Cet humanisme a placé l'art au centre de nos préoccupations. L'art construit en représente une des dimensions pragmatiques, au moment où, à travers l'architecture, s'élaborait un projet de société, pensée utopique qui nous fait affreusement défaut aujourd'hui, où, le présent s'improvise en-dehors de tout historicisme.
Denis Ruggieri, février 2009


Sans titre, 2012, acrylique et résine sur toile, 2X 100x100 cm

Sans titre, 2012, acrylique et résine sur toile, 2X 100x100 cm