Anna Baranek

Contacts

Vit et travaille en Camargue


Etudes d'Art Plastique en Pologne.

 

 

 

"A mi chemin entre une abstraction radicale et une figuration épurée à l’extrême les tableaux de Anna Baranek traitent de thèmes qui lui sont inspirés à la fois par ses souvenirs d’enfance en Silésie et par les thèmes que lui fournissent sa terre et son eau d’adoption. Trois sujets se détachent : L’arbre, la chapelle (parfois la cabane), la barque .Chacun d’eux, traité de manière allusive, acquiert une dimension symbolique en rapport d’une part avec la quête individuelle de l’artiste d’autre part avec sa volonté pragmatique de faire partager ses sensations avec son public. L’arbre, semble désireux de s’enraciner vers le ciel. Il est point de repère, ce qui nous cache quelque peu la forêt de l’urbanisation et de l’industrialisation galopantes. Il est ce qui va de la matière à l’esprit quand la Peinture cherche à retrouver l’esprit de la matière en matérialisant précisément l’esprit. Par là même il rejoint le désir de l’artiste de se donner des repères au sein même de sa quête d’une abstraction sans concession. Les nefs de l’Espace Liberté accentue davantage encore la démarche. Elle metaphorise le tableau comme lieu de recueillement, d’intimité, d’épanouissement spirituel. En ce sens l’exposition à l’Espace Liberté à Crest constituera peut-être une sorte de mise en abyme, pour peu que le lieu d’accueil corresponde au sujet traité. La cabane également invite à la retraite, au repos,au repli, au retour sur soi. La barque invite au voyage, peut-être aussi un peu au travail, ou à cet entre-deux que constituent les(activités) de (détente) (les deux termes s’opposant).N’en est-il pas de même du tableau qui certes peut être découvert lors d’un moment de loisir mais qui n’en incite pas moins à considérer le travail à l’œuvre et force de toute façon le spectateur à un minimum d’effort. Un autre aspect me paraît important :les motifs qui affleurent au fils des superpositions colorées ont une apparence fantomatique. C’est qu’ils renvoient à l’univers de l’enfance,et qu’ils eux-mêmes fantômes, échos spectral de souvenirs.Mais n’en est-il pas de même de toute sensation, écho du motif qui l’inspire ? C’est sans doute l’âme de ses sen sations conjuguant expérience actuelle et souvenirs archétypaux que cherche alors Anna Baranek du Château. Enfin les couleurs sont celle de la terre, de l’air et de l’eau ce qui est assez signifier la volonté d’abstraire la figure jusqu’à ses entités les plus indéfinissables.Ce qui suscite en retour la nécessité des re-pères. Espace Liberté-5 ,rue des Alpes 26400 Crest jusqu’au 18 novembre."

 

Bernard Teulon-Nouailles

 

 

Acquisitions :

 

- Musée de Chelm ( Pologne ).

- Tobacco Reynolds ( Paris ).

 

 

Edition d'un catalogue d'exposition

(HD Nick éditions)